Les questions les plus fréquentes

Mon chien/chat ne supporte pas les nouvelles croquettes

Changez en douceur l'alimentation de votre animal (chien/chat)

Prenez le temps d’acclimater votre animal de compagnie à toute nouveauté nutritionnelle.
Quelle que soit la raison du changement d’alimentation, celui-ci devra faire l’objet d’une préparation en plusieurs étapes, afin que la transition se fasse en douceur.
Tout changement brutal d’alimentation peut en effet occasionner des problèmes digestifs, comme des nausées, des vomissements ou encore de la diarrhée
Vous mettrez ainsi toutes les chances de votre côté : vous limiterez le risque de refus de la part de votre animal et vous lui éviterez de souffrir de troubles digestifs.

La règle est de mélanger progressivement la nouvelle alimentation à l’ancienne.
Ainsi votre animal conservera majoritairement le goût de son aliment habituel tout en s’habituant petit à petit au nouvel aliment.

Du 1er au 3e jour : incorporez 3/4 de l'ancien aliment avec 1/4 du nouveau dans sa ration quotidienne
Du 4e au 6e jour : 1/2 ancien aliment, 1/2 nouveau
Du 7e au 8e jour : incorporez 1/4 de l'ancien aliment avec 3/4 du nouveau
Le 9e jour : la ration est entièrement composée du nouvel aliment

En cas d'impossibiliter d'éffectuer cette transition alimentaire demandez à votre magasin conseil TransiUp qui va permettre d'effectuer cette transition plus rapidement.

 

 

 

Les parasites et les traitements antiparasitaires

Les parasites attaquents !

LA CROQUETTERIE® vous propose une gamme complète de traitements préventifs, curatifs et d’entretien pour le bien-être de votre animal.

On peut classer ces parasites en deux catégories :

  • Les parasites internes ou endoparasites (les vers)
  • Les parasites externes ou ectoparasites (insectes, acariens et champignons)

LA CROQUETTERIE® met donc à votre disposition des réponses spécifiques et efficaces, adaptées au problème de votre animal mais aussi pour le prémunir de ces attaques saisonnières.

En prévention, les granulés à l’ail André d’Artagnac luttent efficacement contre les parasites internes et externes chez le chien.
C’est un produit entièrement naturel qui met au service de votre animal les vertus reconnues de l’ail, peut aussi être utilisé en curation.

Vous pouvez également opter pour la gamme Ohaho ! un traitement naturel des états vermineux pour chiens, en prévention et en cas d’infestation (parasites internes).

Contre les parasites externes, nous vous proposons toute une gamme de colliers, pipettes ou sprays insectifuges pour chiens et chats :
les colliers et pipettes de la gamme Ohaho sont principalement composés d’huiles essentielles tandis que les produits Frontline, Frontline Combo ou encore Bayer Advantix/Advantage contiennent des molécules actives de perméthrine, dimpylate, filpronil ou méthoprène.
Tous ces produits sont bien sûr adaptés au gabarit de votre compagnon.

Si votre animal est déjà infesté, il est très important de traiter l’environnement de l’animal et pas seulement l’animal lui-même.
En effet, si celui-ci est infesté c’est que son environnement est déjà saturé de parasites.
La puce par exemple ne passe que 5 à 10% de son temps sur son hôte et le reste du temps dans son environnement, où elle pond beaucoup.
Le Fogger Insecticide Habitation ou le Fumigator sont des solutions adéquates pour désinsectiser durablement votre domicile ou tout autre local.

Une fois l’environnement traité vous pouvez utiliser des shampoings antiparasitaires à base d’agents chimiques ou bien d’extraits naturels, comme Ohaho !
Pour un traitement de fond, optez pour les compléments alimentaires, colliers, pipettes ou sprays énumérés plus haut.

Tout ce qu'il faut savoir à propos de la mue de votre animal

AU SECOURS, MON CHIEN PERD SES POILS !

Chez de nombreuses espèces animales, la mue est un phénomène physiologique de renouvellement ponctuel de l’apparence externe, marqué par l’abandon des reliquats de l’ancienne. Les insectes, les reptiles, les oiseaux et les mammifères muent.
Chez nos chiens et chats la mue désigne la chute ponctuelle du pelage pour son renouvellement.

Certaines races de chiens ont une mue continue sans perte de poil, comme c'est le cas des caniches par exemple. La pousse du poil de ces chiens est permanente avec tout de même une poussée plus importante aux périodes de mue normales. C'est pour cela que certaines de ces races de chiens font des séjours réguliers chez le toiletteur... un moyen efficace d'éviter que le chien ne "s’enferme" dans ses poils et ressemble petit à petit à un "chien rasta" avec des dreadlocks !

Beaucoup de propriétaires se plaignent que leur animal perd beaucoup de poils mais, dans la plupart des cas, la mue est normale. Savoir pourquoi les chiens et les chats perdent leur poils permet de comprendre pourquoi cette perte de poils peut être continue.

La croissance du poil des chiens et des chats n’est pas permanente, mais plutôt cyclique. Chaque cycle comporte une phase de croissance, une phase de transition et une autre de repos. Les cycles sont influencés par plusieurs facteurs, notamment l’alimentation, les hormones, l’état de santé, mais le plus important est la quantité de lumière et les changements de température, ainsi que le taux d'humidité.

Les chiens et chats ont tendance à muer deux fois par an, au printemps et à l’automne, au moment où la température et la longueur des journées changent. À mesure que le mercure monte ou descend, et que les jours s’allongent ou raccourcissent, le cerveau ordonne aux follicules pileux d’intensifier leur activité pour produire un pelage adapté à la saison.

Les animaux qui vivent surtout à l’intérieur subissent généralement les changements de température (intérieure et extérieure) et d’éclairage (lumière artificielle allumée ou éteinte) toute l’année durant. Ils sont dépendants de nos rythmes et mode de vie. Par conséquent, ces animaux perdent leurs poils, parfois à profusion, pendant toute l’année. On appelle cela des "fausses mues".

Si vous croyez que votre animal perd du poil en quantité anormale, consultez d’abord votre vétérinaire. Si un examen complet ne révèle aucun problème de santé, il existe des moyens pour minimiser les effets de la mue :

  • L’alimentation a un effet important sur la santé de la peau et du poil. Préférer une alimentation enrichie en huile de saumon peut être suffisant. Des suppléments comme l’huile de saumon (riche en oméga 3) peuvent être conseillés pour aider l'organisme à fabriquer son nouveau pelage (entre autres vertus).
  • Le brossage quotidien ou régulier est d'autant plus bénéfique en période de mue pour aider à éliminer le poil mort, et il permet de recueillir les poils avant qu’ils ne tombent d'eux-mêmes. Du point de vue de l’entretien ménager, il est préférable de nettoyer une brosse plutôt que toute la maison !
  • La fréquence des bains et le type de shampoing ont aussi une influence sur la perte de poils. Les shampoings destinés aux humains peuvent causer une perte excessive de poils car ils peuvent irriter la peau des animaux. Les bains trop fréquents peuvent assécher le poil et causer une mue excessive. Une gamme de shampoings spécifiques et adaptés est disponible ici : www.ohaho.fr
  • Le stress joue aussi un rôle dans la mue. Il est très fréquent pour les chiens et les chats de commencer à perdre une grande quantité de poils pendant une visite chez le vétérinaire. Pendant les périodes de stress, le muscle érecteur attaché au follicule pileux peut exercer une pression sur l’extrémité du poil et en causer la chute prématurée.

Pour aider les propriétaires de chiens ou de chats dans la gestion de ce phénomène qu'est la perte de poils permanente (fausse mue) le laboratoire Decisiv'Diet a mis au point une formule douce de complément alimentaire à base de plantes et produits naturels à donner en début d'hiver et d'été, pour aider à la pousse du nouveau poil. Présenté en comprimés suffisamment appétants pour que l'animal les mange avec plaisir, son efficacité est très intéressante pour une production de poils "résistants". Disponible ici : www.decisivdiet.com

Conseils utiles

Brossage quotidien ou le plus souvent possible en période de mue.
Un shampoing spécial une fois par semaine pendant 3 semaines dans la période de mue.
Un complément alimentaire spécifique comme SOS MUE de Decisiv’Diet.
Une cuillère d'huile d'olive ou de pépins de raisin ou encore mieux d'huile de saumon sauvage (disponible en magasin-conseil La Croquetterie).

Comment calculer « l’âge humain » d’un chien ?

Comment calcule-t-on l’équivalence entre l’âge d’un chien et celui d’un humain ?

La "bonne vieille méthode" consistant à multiplier par sept l'âge de l'animal est aujourd’hui largement dépassée.
Beaucoups pensent que pour connaître l'âge "humain" d'un chien, il faut multiplier son âge par 7, et bien c’est tout simplement faux !
En pratique, il n'y a pas de formule mathématique (enfin tout du moins, pas de formule simple) car l'âge du chien ne suit pas une courbe
linéaire par rapport à l'âge humain.
Comme chez beaucoup d'animaux, « enfance » et « adolescence » se déroulent beaucoup plus rapidement que chez l'Homme.
En effet, la première année, le chien grandit quinze fois plus vite que l’homme !

age moyen chiens grand form
Les petits chiens ont beaucoup plus de chances que leurs grands cousins de faire de vieux os. En étudiant leur évolution, les spécialistes sont parvenu à établir des tableaux d'équivalence d'âge pour les chiens de petite taille, de taille moyenne et de grande taille.
Ainsi, un petit chien (c'est à dire un chien qui pèse moins de 15 kg à l'âge adulte) atteint 100 ans "humains" à 20 ans alors qu’un chien de grande race (plus de 40 kg) devient centenaire à 12 ans, selon le site cyber-chien.com.

Toutefois, en début de vie, c’est l’inverse : un petit chien devient plus rapidement adulte qu’un grand. A six mois, un petit chien "a" 15 ans, un grand seulement 8 ans. En bref, les grands chiens mûrissent moins vite que leurs petits congénères mais vieilliront ensuite plus vite. Un terre-neuve de deux ans est beaucoup plus jeune psychologiquement qu'un chihuahua du même âge.

Tous les chiens n’atteignent pas non plus le seuil de sénescence au même âge : vers 7 ans pour les grands chiens, plutôt à 10 ans pour les petits. A partir de cet âge, les fonctions de leur corps ralentissent fortement.

Le même système de calcul d'équivalence existe pour les chats, qui mûrissent pour leur part encore bien plus vite que les petits chiens : à six mois, ils "ont" déjà 18 ans.